mercredi 29 avril 2015

La petite chouette sage







....Tout en suivant Alice et Jacques jusqu’à leur voiture où m’attendait la jolie Lucie, je suis allée consulter ma petite chouette, un aller-retour discret au fond de mon crâne. L’oiseau m’a emmenée à l’intérieur du tronc creux de son arbre magique, et aspirées par un effet de cheminée, nous nous sommes retrouvées perchées sur une branche au-delà des nuages. À travers quelques trouées, j’ai distingué au sol des groupes de fourmis affairées qui se disputaient pour savoir quel temps il ferait dans les heures à venir, quelle quantité de pluie il tomberait, quelle serait la force des vents, qui donnerait le meilleur pronostic, qui s’arrogerait l’autorité de le faire les jours suivants. Cirque répétitif et millénaire du quotidien de nos egos éphémères. Je me rendais compte, assise là, jambes ballantes sur ma branche haute en compagnie de ma chouette sage, qu’au-dessus des nuages qui passent le ciel est toujours bleu et qu’au bout du compte, si on s’élève un peu, il n’y a rien à prévoir. Un peu plus haut, on peut être sans attente. Et être sans attente est un état délicieux...

mercredi 15 avril 2015

Une robe de printemps pour Anna


Pour sa sortie chez France-Loisirs, Anna change de robe, une toute légère, toute en joie avec un clin d'oeil à sa petite chouette...


Extrait :

Sur notre gauche, au creux des branches d’un chêne, une chouette suivait mon manège. Elle m’observait, curieuse, le corps tendu un peu de biais, la tête légèrement inclinée, les yeux ronds. J’ai ri. J’ai ri parce que je me tenais de la même façon qu’elle pour tenter de voir toute la longueur de l’autoroute, le corps tendu un peu de biais, la tête légèrement inclinée, les yeux ronds. La chouette était comme mon reflet dans un miroir, mon double dépouillé de son intellect, l’expression de ma curiosité, animale, nue, pure. Cette petite chouette reflétait mon présent : moi, toute à mon observation. Le reste, ma peur lorsque j’ai cru à une impasse, ma répulsion en contemplant l’autoroute, n’étaient que nuages qui passent, météo instable de pensées vagabondes, pluies à venir de points de vue relatifs. Avant de remarquer cette chouette, je croyais que j’allais repartir mon sac alourdi d’un choix à faire, d’un jugement à établir : laquelle de mes deux perceptions de l’autoroute était la plus correcte ? L’autoroute trait d’union ou l’autoroute plaie ouverte ? Qui de l’économiste ou de l’écologiste allait avoir le plus de poids, le plus de droits ?
La chouette réorientait mon débat. Du haut de sa branche, elle l’élevait : sur le chemin, la question n’est pas de penser, mais d’arrêter de penser.
Arrêter de penser pour être à l’instant.
À cet instant, perchée sur mon rocher, j’étais l’enfant-chouette, j’étais la curiosité.

dimanche 12 avril 2015

Anna se raconte en Bretagne...



Je vous raconterai, comment sur les terres anciennes, les rochers s'y prennent pour respirer...

- Vendredi 24 avril de 14h à 16h : atelier d'écriture à la maison des jeunes de Ploemeur 

- Vendredi 24 avril à 18h: Rencontre à la librairie Quand les livres s'ouvrent à Lorient

- Samedi 25 avril de 10h30 à 12h30 : signature à la librairie Sillage de Ploemeur

- Samedi 25 avril de 14h à 16h : signature à la librairie "Auréole" à Auray

- Samedi 25 avril de 17h à 19h : signature au "Comptoir Gâvrais" à Gâvres