mercredi 7 mai 2014

Les taureaux de plein champ...


...Plusieurs fois sur le parcours le pèlerin est invité à ouvrir et à refermer derrière lui des barrières équipées de toutes sortes de loquets : des compliqués, des rustiques, des bouts de ficelles, des ingénieux. Pour ma part, j’appréhendais ceux qui couronnaient des barrières en alu bien solides et bien hautes. Je les appréhendais non pas pour l’éventuel hermétisme de leur mécanisme, mais pour ce qu’ils tiennent enclos : des taureaux de plein champ.

Je vous assure que c’est impressionnant, les taureaux de plein champ. Ils vous regardent passer, placides mais sûrement pas
apathiques. Ils vous ont autorisés à pénétrer sur leur pâture au milieu de leurs femmes et de leurs enfants, tolèrent que vous fassiez mumuse avec vos appareils photo mais ils ont comme un plissement au front à la médiane du museau lorsqu’ils vous regardent sans baisser les yeux qui laisse entendre qu’ils ont le sens de la famille. Les téméraires qui se font tirer le portrait en leur tournant le dos ne s’éternisent pas à la pause, je vous le garantis. Même les bâtons de marche se mettent à jouer sur feutrine. Rien de tel que de traverser un champ planté de taureaux pour calmer n’importe quel agité...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire